Quand consulter en somatothérapie cognitive

- Nos meilleurs résultats sont obtenus sur les pathologies dites “fonctionnelles”. Dans ces cas l’organe ne présente pas de lésions détectables de sa structure par les examens classiques. Par exemple : la constipation fonctionnelle pour laquelle on ne trouve pas de lésion du colon en pratiquant une coloscopie, les maux de tête, vertiges, hypertension, fatigue chronique, acouphènes

 

- Nous obtenons de très bons résultats sur les traumatismes de l’appareil locomoteur sans fractures osseuses ni complications neurologiques, comme par exemple les entorses, sciatiques, tendinites, névralgies, torticolis  ainsi que sur les pathologies étiquetées “psychosomatiques” par la médecine classique comme les névroses, les troubles du sommeil, bon nombre de troubles de la fécondité, de la ménopause, les troubles digestifs, de l’humeur, etc. La liste est longue…

 

- Dans les pathologies où les lésions sont irréversibles, comme dans certains diabètes, cancers, hypertensions artérielles anciennes, insuffisances respiratoires ou rénales chroniques, etc. ou quand la structure d’un organe est gravement remaniée ou détruite comme dans certaines fractures, arthroses sévères ou malformations congénitales, notre technique reste très intéressante pour accompagner le patient et compléter sa prise en charge (gestion de sa douleur, de son moral, des séquelles...).

 

 La Somatothérapie Cognitive est une médecine complémentaire à notre médecine habituelle. Dans tous les cas nous nous référons au diagnostic établi par le médecin pour le compléter par les informations spécifiques à notre technique.

pour quel public

- La Somatothérapie Cognitive est une méthode de soin manuelle sans manipulations ni massages. Elle convient donc à tout type de public, aussi bien la femme enceinte et le nourrisson que la personne âgée, le sportif ou tout autre profil.

comment fonctionne le technique

- Dans notre vision de la santé, nous considérons que le corps porte l’inscription de son histoire, de son potentiel, des événements et des mécanismes qui conduisent à sa souffrance.

 

- Par une approche manuelle nous apprécions la capacité du patient à trouver des solutions adaptées aux difficultés physiques ou émotionnelles qu’il rencontre dans sa vie. Un ou plusieurs symptômes apparaissent quand un comportement est mal adapté aux circonstances (par exemples : on n'a pas vu que l’on posait le pied sur un caillou, on a pris une mauvaise décision au travail, on a adopté un comportement relationnel conflictuel, on fait des excès alimentaires répétés, etc.).

 

- Pour soigner, nous agissons avec nos mains sur l’organisme pour qu’il puisse modifier son comportement localement ou globalement et restaurer lui-même sa santé. Il en a la capacité le plus souvent, il lui faut de l’aide de temps en temps.